28/10/2013

dans la forêt humide de Martinique

Arbres géants enlacés de lianes, fleurs chatoyantes, bruissement d'insectes, cris d'oiseaux... traverser la forêt tropicale dégage toujours un mystère digne d'un film d'aventures. Cap à Fonds-Saint-Denis, au nord. Facile, la Trace des Jésuites est un grand classique de la Martinique(*). Mais prudence: un terrain archiglissant et la rivière en crue doivent inciter à reculer.

Le sentier de 5 kilomètres descend et remonte en forme de V, à proximité de la D1 que les religieux empruntaient au XVe et XVIe siècle de Saint-Pierre à la côte Est, lorsque la route était encore un chemin. Le randonneur qui suit le balisage jaune et blanc se sent tout petit parmi les gommiers blancs, les magnolias, les «pains d'épices» et ananas-montagnes envahis de plantes grimpantes cachant peut-être une mygale non venimeuse dans son feuillage. A mi-chemin, la rivière du Lorrain se franchit à gué. Prévoir une serviette et des sandales! Au terme d'une heure de marche, on aura déjà goûté l'eau fraîche (20 °C tout de même...) en se baignant au Trou du Lorrain. Le bassin est un petit paradis aux reflets verts qu'il faut atteindre en suivant sur trente mètres le cours de la rivière. Les mulets pullulent, tout comme les ciriques, ces crabes orange moins recherchés que les z'habitants (crevettes appelées écrevisses). Un superbe point de vue sur la montagne Pelée, point sommital à 1 395 m, et sur la plaine de Morne Rouge ponctue trois heures de marche rafraîchissante. Faute d'avoir un véhicule au départ et un autre à l'arrivée, on essayera le retour en auto-stop.

Publié dans Loisirs |

Les commentaires sont fermés.